Le rudologue, spécialiste des déchets : un nouveau métier d’avenir

rudologue analysant des déchets

Chaque belge génère 3 500 kg de déchets industriels par personne par an. Simplement pour la fabrication de nos biens de consommation. Il fallait bien un spécialiste, le rudologue,  pour proposer des solutions dans la gestion optimale des déchets.

Le rudologue intervient dans toute la chaîne des déchets

Ce spécialiste s’appelle le rudologue, un tout nouveau métier qui est appelé à un bel avenir. Son but est d’analyser les déchets produits, de proposer des solutions pour prévenir leur augmentation à la source, et d’optimiser leur traitement. Pour cela il prône le ré-empoi, recyclage, la consigne, ou -faute d’autres solutions-l’utilisation des déchets comme source d’énergie.

Le rudologue, est loin d’être un “spécialiste des poubelles”, une appellation peu valorisante. Or, en réalité, c’est justement quelqu’un qui cherche à valoriser les déchets et la politique de gestion des déchets. Cela fait partie de ses missions.

Enfin, et pas la moindre de ses ambitions, il doit préconiser des plans pour éviter la contamination de l’environnement. En ce sens, il va, trouver des alternatives à l’enfouissement et l’incinération et gérer la reconversion de sites pollués.

Le champ d’action du rudologue, plus vaste qu’on ne croit

Le rudologue s’attaque à tout le spectre des producteurs de déchets. Il propose aux entreprises et gestionnaires publics des solutions pour gérer les déchets de toute provenance :

  • ménagers : nous jetons suite à notre surconsommation, l’obsolescence, et ces comportements qui consistent à jeter au lieu de réparer;
  • industriels : les déchets proviennent des processus de production, matières premières en excédent, produits finis ou semi-finis à éliminer;
  • hospitaliers : des détritus qui demandent un traitement particulier. Mais pas seulement pour les détruire. Il s’agit aussi de les réduire;
  • nucléaires : ces déchets exigent un traitement et un stockage différent suivant leur typologie. Certains étant plus radioactifs que d’autres.

Le rudologue peut apporter son expertise aux différents niveaux de pouvoir (communes, provinces…), dans des bureaux d’études, de conseil ou d’associations spécialisées en environnement.

Ils peuvent également travailler au sein d’entreprises industrielles où la problématique du traitement des déchets est importante.

Rudologue, un métier d’avenir

N’importe qui ne peut se targuer d’être rudologue. Ce métier exige une formation universitaire ou d’ingénieur en géologie, biologie, chimie, environnement. Il existe actuellement uniquement un Master en rudologie en France (Université du Mans). A quand en Belgique ?

Un métier d’avenir car les normes européennes ou internationales de plus en plus strictes en matière de gestion des déchets. Les entreprises et instances publiques vont devoir s’adjoindre les conseils de spécialistes.

Que ce soit par obligation ou par intention de moins polluer, les acteurs économiques ont besoin d’aide face à leurs questions. Comment réduire leurs flux de déchets, trier, recycler, mais aussi réparer ? Faut-il détruire ou valoriser tous les déchets ? Et comment éviter d’impacter négativement la santé planétaire ?

Toutes ces questions prouvent que le rudologue a du pain sur la planche.  D’abord comme pourvoyeur de conseils puis dans la mise en place de solutions, ce nouveau métier va faire parler de lui.

Ceci dit, les acteurs de l’économie circulaire n’ont pas attendu l’arrivée du rudologue pour identifier les déchets comme matières premières. C’est d’ailleurs le sujet de notre podcast sur la valorisation des déchets. A écouter avant de tout jeter.

 

En valorisant le ré-emploi, Usitoo est, aux yeux de tout rudologue, un partenaire clé. Des objets dont vous n’avez plus l’utilité ? Donnez-les nous. En échange, vous recevrez des points pour emprunter d’autres objets, utiles pour vous. Notre catalogue est riche d’objets prêts pour de multiples nouvelles vies.

Laisser un commentaire